May 13, 2004

Bush's Storm Troopers

I can't believe how marallt twisted Americans have become that they believe these types of activities are justified. This is from an administration that is supposedly Christian, God-fearing and moral. Bush makes me puke.

The New York Times > Washington > Harsh C.I.A. Methods Cited in Top Qaeda Interrogations

F.B.I.
Khalid Shaikh Mohammed in image on F.B.I. Web site last year.

Harsh C.I.A. Methods Cited in Top Qaeda Interrogations
By JAMES RISEN, DAVID JOHNSTON and NEIL A. LEWIS

Published: May 13, 2004

May 13, 2004

Traduction la bas

Harsh C.I.A. Methods Cited in Top Qaeda Interrogations
By JAMES RISEN, DAVID JOHNSTON and NEIL A. LEWIS

WASHINGTON, May 12 — The Central Intelligence Agency has used coercive interrogation methods against a select group of high-level leaders and operatives of Al Qaeda that have produced growing concerns inside the agency about abuses, according to current and former counterterrorism officials.


At least one agency employee has been disciplined for threatening a detainee with a gun during questioning, they said.


In the case of Khalid Shaikh Mohammed, a high-level detainee who is believed to have helped plan the attacks of Sept. 11, 2001, C.I.A. interrogators used graduated levels of force, including a technique known as "water boarding," in which a prisoner is strapped down, forcibly pushed under water and made to believe he might drown.


These techniques were authorized by a set of secret rules for the interrogation of high-level Qaeda prisoners, none known to be housed in Iraq, that were endorsed by the Justice Department and the C.I.A. The rules were among the first adopted by the Bush administration after the Sept. 11 attacks for handling detainees and may have helped establish a new understanding throughout the government that officials would have greater freedom to deal harshly with detainees.


Defenders of the operation said the methods stopped short of torture, did not violate American anti-torture statutes, and were necessary to fight a war against a nebulous enemy whose strength and intentions could only be gleaned by extracting information from often uncooperative detainees. Interrogators were trying to find out whether there might be another attack planned against the United States.


The methods employed by the C.I.A. are so severe that senior officials of the Federal Bureau of Investigation have directed its agents to stay out of many of the interviews of the high-level detainees, counterterrorism officials said. The F.B.I. officials have advised the bureau's director, Robert S. Mueller III, that the interrogation techniques, which would be prohibited in criminal cases, could compromise their agents in future criminal cases, the counterterrorism officials said.


After the attacks of Sept. 11, President Bush signed a series of directives authorizing the C.I.A. to conduct a covert war against Osama bin Laden's Qaeda network. The directives empowered the C.I.A. to kill or capture Qaeda leaders, but it is not clear whether the White House approved the specific rules for the interrogations.


The White House and the C.I.A. declined to comment on the matter.


The C.I.A. detention program for Qaeda leaders is the most secretive component of an extensive regime of detention and interrogation put into place by the United States government after the Sept. 11 attacks and the war in Afghanistan that includes the detention facilities run by the military in Iraq and Guantánamo Bay, Cuba.


There is now concern at the agency that the Congressional and criminal inquiries into abuses at Pentagon-run prisons and other detention centers in Iraq and Afghanistan may lead to examinations of the C.I.A's handling of the Qaeda detainees. That, in turn, could expose agency officers and operations to the same kind of public exposure as the military now faces because of the Iraq prison abuses.


So far, the agency has refused to grant any independent observer or human rights group access to the high-level detainees, who have been held in strict secrecy. Their whereabouts are such closely guarded secrets that one official said he had been told that Mr. Bush had informed the C.I.A. that he did not want to know where they were.


The authorized tactics are primarily those methods used in the training of American Special Operations soldiers to prepare them for the possibility of being captured and taken prisoners of war. The tactics simulate torture, but officials say they are supposed to stop short of serious injury.


Counterrorism officials say detainees have also been sent to third countries, where they are convinced that they might be executed, or tricked into believing they were being sent to such places. Some have been hooded, roughed up, soaked with water and deprived of food, light and medications.


Many authorities contend that torture and coercive treatment is as likely to provide information that is unreliable as information that is helpful.


Concerns are mounting among C.I.A. officers about the potential consequences of their actions. "Some people involved in this have been concerned for quite a while that eventually there would be a new president, or the mood in the country would change, and they would be held accountable," one intelligence source said. "Now that's happening faster than anybody expected."


The C.I.A.'s inspector general has begun an investigation into the deaths of three lower-level detainees held by the C.I.A in Iraq and Afghanistan. The Justice Department is also examining the deaths.


The secret detention system houses a group of 12 to 20 prisoners, government officials said, some under direct American control, others ostensibly under the supervision of foreign governments.


The C.I.A. high-level interrogation program seemed to show early results with the capture of Abu Zubaida in April 2002. Mr. Zubaida was a close associate of Mr. bin Laden's and had run Al Qaeda's recruiting, in which young men were brought from other countries to training camps in Afghanistan.


Under such intensive questioning, Mr. Zubaida provided useful information identifying Jose Padilla, a low-level Qaeda convert who was arrested in May 2002 in connection with an effort to build a dirty bomb. Mr. Zubaida also helped identify Mr. Mohammed as a crucial figure in the 9/11 plot, counterterrorism officials said.


A few other detainees have been identified by the Bush administration, like Ramzi bin al-Shibh, another 9/11 plotter and Walid Ba'Attash, who helped plan the East Africa embassy bombings in 1998 and the attack on the Navy destroyer Cole in October 2000.


Some of the prisoners have never been identified by the government. Some may have only peripheral ties to Al Qaeda. One Middle Eastern man, who had been identified by intelligence officials as a money launderer for Mr. bin Laden, was captured in the United Arab Emirates. He traveled there when some of the emirates' banks froze his accounts. When the U.A.E. government alerted the the C.I.A. that he was in the country, the man was arrested and subsequently disappeared into the secret detention program.


In the interrogation of Mr. Mohammed, C.I.A. officials became convinced that he was not being fully cooperative about his knowledge of the whereabouts of Mr. bin Laden. Mr. Mohammed was carrying a letter written by Mr. bin Laden to a family member when he was captured in Pakistan early in 2003. The C.I.A. officials then authorized even harsher techniques, according to officials familiar with the interrogation.


The C.I.A. has been operating its Qaeda detention system under a series of secret legal opinions by the agency's and Justice Department lawyers. Those rules have provided a legal basis for the use of harsh interrogation techniques, including the water-boarding tactic used against Mr. Mohammed.


One set of legal memorandums, the officials said, advises government officials that if they are contemplating procedures that may put them in violation of American statutes that prohibit torture, degrading treatment or the Geneva Conventions, they will not be responsible if it can be argued that the detainees are formally in the custody of another country.


The Geneva Conventions prohibit "violence to life and person, in particular . . . cruel treatment and torture" and "outrages upon personal dignity, in particular, humiliating and degrading treatment."


Regarding American anti-torture laws, one administration figure involved in discussions about the memorandums said: "The criminal statutes only apply to American officials. The question is how involved are the American officials."


The official said the legal opinions say restrictions on procedures would not apply if the detainee could be deemed to be in the custody of a different country, even though American officials were getting the benefit of the interrogation. "It would be the responsibility of the other country," the official said. "It depends on the level of involvement."


Like the more numerous detainees at Guantánamo Bay, the high-level Qaeda prisoners have also been defined as unlawful combatants, not as prisoners of war. Those prisoners have no standing in American civilian or military courts.


The Bush administration began the program when intelligence agencies realized that a few detainees captured in Afghanistan had such a high intelligence value that they should be separated from the lower-level figures who had been sent to a military installation at Guantánamo Bay, which officials felt was not suitable.


There was little long-term planning. The agency initially had few interrogators and no facilities to house the top detainees. After the Sept. 11 attacks, the agency began to search for remote sites in friendly countries around the world where Qaeda operatives could be kept quietly and securely.


"There was a debate after 9/11 about how to make people disappear," a former intelligence official said.


The result was a series of secret agreements allowing the C.I.A. to use sites overseas without outside scrutiny.


So far, the Bush administration has not said what it intends to do over the long term with any of the high-level detainees, leaving them subject to being imprisoned indefinitely without any access to lawyers, courts or any form of due process.


Some officials have suggested that some of the high-level detainees may be tried in military tribunals or officially turned over to other countries, but counterterrorism officials have complained about the Bush administration's failure to have an "endgame" for these detainees. One official said they could also be imprisoned indefinitely at a new long-term prison being built at Guantánamo.

Mai 13, 2004


La C.I.A. Dure. Méthodes citées dans des interrogations supérieures de Qaeda
Par JAMES RISEN, DAVID JOHNSTON et NEIL A. LEWIS

WASHINGTON, Mai 12? L'agence d'intelligence centrale a employé des méthodes coercive d'interrogation contre un groupe choisi de chefs et d'employés à niveau élevé d'Al Qaeda qui ont produit des soucis croissants à l'intérieur de l'agence concernant des abus, selon les fonctionnaires courants et anciens de counterterrorism.


Au moins un employé d'agence a été discipliné pour menacer un détenu par un pistolet pendant l'interrogation, ils ont dit.


Dans le cas de Khalid Shaikh Mohammed, un détenu à niveau élevé qui est censé avoir aidé le plan les attaques septembre de 11, 2001, interrogateurs de la C.i.a a employé les niveaux gradués de la force, y compris une technique connue sous le nom de "eau embarquant," dans ce qu'un prisonnier est attaché vers le bas, de force poussé sous l'eau et fait pour le croire pourrait se noyer.


Par ces techniques ont été autorisés par un ensemble de règles secrètes pour l'interrogation des prisonniers à niveau élevé de Qaeda, aucune connue pour être logé en Irak, qui ont été approuvées le département de justice et la C.i.a. Les règles étaient parmi d'abord adopté par l'administration de buisson après que les attaques septembre de 11 pour manipuler des détenus et ont pu avoir aidé à établir une nouvelle compréhension dans tout le gouvernement que les fonctionnaires auraient une plus grande liberté à avoir affaire durement avec des détenus.


Les défenseurs de l'opération ont dit la torture arrêtée avant par méthodes, n'ont pas violé américain anti-torturent des statuts, et étaient nécessaires pour lutter une guerre contre un ennemi nébuleux dont force et les intentions pourraient seulement être glanées en extrayant l'information à partir des détenus souvent peu coopératifs. Les interrogateurs essayaient de découvrir s'il pourrait y avoir une autre attaque prévue contre les Etats-Unis.


Les méthodes utilisées par la C.i.a sont si graves que les hauts fonctionnaires du bureau de la recherche fédéral aient dirigé ses agents rester hors de plusieurs des entrevues des détenus à niveau élevé, des fonctionnaires de counterterrorism dits. Les fonctionnaires de F.b.i. ont conseillé le directeur du bureau, Robert S. Mueller III, que les techniques d'interrogation, qui seraient interdites dans des cas criminels, pourraient compromettre leurs agents dans de futurs cas criminels, les fonctionnaires de counterterrorism dits.


Après que les attaques septembre de 11, le Président Bush aient signé une série de directives autorisant la C.i.a. pour conduire une guerre secrète contre le réseau chargé de Qaeda de casier d'Osama. Les directives ont autorisé la C.i.a. tuer ou capturer des chefs de Qaeda, mais elle n'est pas clair si Maison Blanche ait approuvé les règles spécifiques pour les interrogations.


Maison Blanche et la C.i.a ont refusé de présenter ses observations sur la matière.


Le programme de détention de la C.i.a pour des chefs de Qaeda est le composant le plus réservé d'un régime étendu de la détention et l'interrogation a installé par le gouvernement des Etats-Unis après que les attaques septembre de 11 et la guerre en Afghanistan qui inclut les équipements de détention fonctionnent par les militaires en Irak et compartiment de Guantánamo, Cuba.


Il y a maintenant de souci à l'agence que les enquêtes congressionnelles et criminelles dans des abus à Pentagone-courent des prisons et d'autres centres de détention en Irak et en Afghanistan peuvent mener aux examens de la manipulation de la C.i.a des détenus de Qaeda. Que, alternativement, pourrait exposer des officiers et des opérations d'agence au même genre d'exposition publique au lequel les militaires font face maintenant en raison des abus de prison de l'Irak.


Jusqu'ici, l'agence a refusé d'accorder n'importe quel observateur indépendant ou les droits de l'homme groupent l'accès aux détenus à niveau élevé, qui ont été tenus en secret strict. Leur endroit sont de tels secrets étroitement gardés qu'un fonctionnaire a déclaré il avait été dit que M. Bush avait informé la C.i.a qu'il n'a pas voulu savoir où ils étaient.


La tactique autorisée est principalement ces méthodes employées dans la formation des soldats spéciaux américains d'opérations pour les préparer pour la possibilité d'serrage et de prisonniers de guerre pris. La tactique simule la torture, mais les fonctionnaires déclarent qu'ils sont censés s'arrêter avant des dommages sérieux.


Les fonctionnaires de Counterrorism déclarent que des détenus ont été également envoyés aux pays tiers, où ils sont convaincus qu'ils pourraient être exécutés, ou dans croyance dupée eux étaient envoyés à de tels endroits. Certains ont été à capuchon, roughed vers le haut, imbibé avec de l'eau et privé de la nourriture, de la lumière et des médicaments.


Beaucoup d'autorités affirment que la torture et le traitement coercive est aussi pour fournir les informations qui sont incertaines que l'information qui est utile.


Les soucis montent parmi des officiers de la C.i.a au sujet des conséquences potentielles de leurs actions. "certains peuplent impliqué dans ceci ont été concernés pendant tout à fait un moment que par la suite il y aurait un nouveau président, ou l'humeur dans le pays changerait, et elles seraient jugées responsables," une source d'intelligence dite. "maintenant qui se produit plus rapidement que quiconque attendu."


Le général d'inspecteur de la C.i.a a commencé une recherche sur les décès de trois détenus plus bas tenus par la C.i.a en Irak et en Afghanistan. Le département de justice examine également les décès.


Le système de détention de secret loge un groupe de 12 à 20 prisonniers, les fonctionnaires de gouvernement dits, certains sous la commande américaine directe, d'autres en apparence sous la surveillance des gouvernements étrangers.


Le programme à niveau élevé d'interrogation de la C.i.a a semblé montrer de premiers résultats avec la capture d'Abu Zubaida en avril 2002. M. Zubaida était un associé étroit de M. casier chargé et avait couru Al Qaeda recrutant, en lequel de jeunes hommes ont été apportés d'autres pays aux camps de formation en Afghanistan.


Sous une telle interrogation intensive, M. Zubaida a fourni des informations utiles identifiant Jose Padilla, un converti de bas niveau de Qaeda qui a été arrêté en mai 2002 en liaison avec un effort de construire une bombe sale. M. Zubaida également aidé à identifier M. Mohammed comme figure cruciale dans la parcelle de terrain de 9/11, fonctionnaires de counterterrorism a dit.


Quelques autres détenus ont été identifiés par le l'administration de buisson, comme Al-Shibh de casier de Ramzi, l'encore table traçante de 9/11 et le Walid Ba'Attash, qui a aidé le plan les bombardements d'ambassade de l'Afrique de l'Est en 1998 et l'attaque sur le destroyer Cole de marine en octobre 2000.


Certains des prisonniers n'ont été jamais identifiés par le gouvernement. Certains peuvent avoir seulement les cravates périphériques à Al Qaeda. Un homme oriental moyen, qui avait été identifié par des fonctionnaires d'intelligence comme launderer d'argent pour M. casier chargé, a été capturé aux Emirats Arabes Unis. Il a voyagé là quand certaines des banques des Emirats ont gelé ses comptes. Quand le gouvernement des EAU a alerté la la C.i.a. qu'il était dans le pays, l'homme a été arrêté et plus tard disparu dans le programme secret de détention.


Dans l'interrogation de M. Mohammed, les fonctionnaires de la C.i.a sont devenus convaincus qu'il n'était pas entièrement coopératif au sujet de sa connaissance du lieu de M. casier chargé. M. Mohammed portait une lettre écrite par M. casier chargé à un membre de famille quand il a été capturé au Pakistan au début de 2003. Les fonctionnaires de la C.i.a ont alors autorisé encore des techniques plus dures, selon des fonctionnaires au courant de l'interrogation.


La C.i.a avait actionné son système de détention de Qaeda sous une série d'avis légaux secrets par les avocats du service de l'agence et de la justice. Ces règles ont fourni une base juridique pour l'usage des techniques dures d'interrogation, y compris la tactique d'embarquer utilisée contre M. Mohammed.


Un ensemble de mémorandums légaux, les fonctionnaires dits, conseille des fonctionnaires de gouvernement que s'ils contemplent les procédures qui peuvent les mettre dans la violation des statuts américains qui interdisent la torture, le traitement dégradant ou les conventions de Genève, elles ne seront pas responsables s'il peut discuter que les détenus sont formellement dans la garde d'un autre pays.


Les conventions de Genève interdisent à la la "violence la vie et personne, en particulier. . . traitement et torture "et" outrages cruels sur le traitement en particulier, humiliant et dégradant personnel de dignité."


Concernant américain anti-torturez les lois, un chiffre d'administration impliqué au cours des discussions au sujet des mémorandums dits: "les statuts criminels s'appliquent seulement aux fonctionnaires américains. La question est comment impliqués sont les fonctionnaires américains."


Le fonctionnaire a déclaré les avis légaux indiquent que les restrictions aux procédures ne s'appliqueraient pas si le détenu pourrait être considéré être dans la garde d'un pays différent, quoique les fonctionnaires américains aient obtenu l'avantage de l'interrogation. "il serait de la responsabilité de l'autre pays," le fonctionnaire dit. "il dépend du niveau de la participation."


Comme les détenus plus nombreux au compartiment de Guantánamo, les prisonniers à niveau élevé de Qaeda ont été également définis en tant que combattants illégaux, pas comme prisonniers de guerre. Ces prisonniers n'ont aucune position dans le civil américain ou les cours militaires.


L'administration de buisson a commencé le programme quand les agences d'intelligence se sont rendues compte que quelques détenus capturés en Afghanistan ont eu une valeur si élevée d'intelligence qu'ils devraient être séparés des figures plus basses qui avaient été envoyées à une installation militaire au compartiment de Guantánamo, qui le feutre de fonctionnaires n'était pas approprié.


Il y avait peu de planification à long terme. L'agence a au commencement eu peu d'interrogateurs et aucuns équipements pour loger les détenus supérieurs. Après que les attaques septembre de 11, l'agence aient commencé à rechercher les emplacements à distance dans les pays amicaux autour du monde où des employés de Qaeda pourraient être gardés tranquillement et solidement.


"il y avait une discussion après 9/11 au sujet de la façon inciter des personnes à disparaître," un ancien fonctionnaire d'intelligence dit.


Le résultat était une série d'accords secrets permettant la C.i.a. pour employer des emplacements outre-mer sans examen minutieux extérieur.


Jusqu'ici, l'administration de buisson n'a pas indiqué ce qu'il prévoit pour faire au-dessus du long terme avec n'importe lequel des détenus à niveau élevé, laissant eux sujet à l'emprisonnement indéfiniment sans n'importe quel accès aux avocats, les cours ou n'importe quelle forme de processus dû.


Quelques fonctionnaires ont proposé que certains des détenus à niveau élevé puissent être jugés dans les tribunaux militaires ou être officiellement retournés à d'autres pays, mais les fonctionnaires de counterterrorism se sont plaints au sujet du manque de l'administration de buisson d'avoir un "endgame" pour ces détenus. Un fonctionnaire a déclaré qu'ils pourraient également être emprisonnés indéfiniment à une nouvelle prison à long terme étant construite chez Guantánamo.

Posted by gh at May 13, 2004 09:59 AM
Comments
Post a comment









Remember personal info?