April 30, 2004

This Will Never Be Reported In the US

Guardian Unlimited Politics | Special Reports | Blair 'appalled' by Iraq prison torture

Blair 'appalled' by Iraq prison torture

Matthew Tempest, political correspondent
Friday April 30, 2004

Downing Street today said the prime minister was

Posted by gh at 10:00 AM | Comments (72)

The Religion of Wife Beating

Check this out. Moslem extremist are upset because the French don't want an Imam that preaches wife beating in France. Villepin says that wife beating is human rights abuse. He's right. The only way this world will get to peace is if all countries uphold the UN's Fundamental Declaration of Human Rights.

The New York Times > International > Europe > France Struggles to Curb Extremist Muslim Clerics

VANISSIEUX, France, April 23 - This town's largest mosque is temporarily leaderless, its chief cleric having been expelled from France last week for advocating wife beating, stoning and other medieval Islamic views at odds with the principles of the modern French state.

Posted by gh at 08:46 AM | Comments (45)

April 27, 2004

Hate Speech

Looks like the US Gov. is doing it's best to censor and shut down anything it doesn't like. The trouble is that hate speech encourages violence. Therefore anyone who helps produce a website condons hate speech.


The New York Times > National > Computer Student on Trial for Aid to Muslim Web Sites

Computer Student on Trial for Aid to Muslim Web Sites
By TIMOTHY EGAN

Posted by gh at 09:58 AM | Comments (236)

April 25, 2004

Bush Pyramid Scheme

The New York Times > Magazine > The Multilevel Marketing of the President

Up close, what Bush is assembling on the local level looks less like a political campaign than what is known in business as a multilevel marketing scheme. In an MLM, like Mary Kay Cosmetics or Tupperware, each independent entrepreneur who joins the sales force -- a Betty Kitchen, say -- also becomes a recruiter who is responsible for bringing in several new entrepreneurs underneath her. The result is a pyramid-like sales structure that broadens to include more and more recruits with each descending level

Posted by gh at 10:26 AM | Comments (66)

April 22, 2004

Allocation Chômage, attention danger !
Unemployment benefit, attention danger!

Ou quel piège l’Unedic et le Medef préparent depuis des années.

A travers différents plans et une refonte des conventions, l’Unedic et le Medef tente d’abattre le principe d’allocation chômage depuis des années. Il ne faut pas que les procès en cours deviennent un prétexte pour accélérer ce mouvement...
Un article de PrimiTivi Marseille
En complément: Intimidation sur le comité chômeurs CGT de Marseille ?


Or which traps Unedic and Medef prepare for years.

Through various plans and a revision of the agreements, Unedic and Medef tries to bring down the principle of unemployment benefit for years. The current lawsuits should not become a pretext to accelerate this movement...
An article from PrimiTivi Marseille

In addition: Intimidation on the committee unemployed persons CGT(FRENCH TRADE UNION) of Marseille?

Posted by at 09:30 AM | Comments (97)

L'annulation de la convention Unedic obligerait le gouvernement à intervenir par décret
The cancellation of the agreement Unedic would oblige the government to intervene by decree

Medef et syndicats redoutent la décision du Conseil d'Etat, saisi par les associations de chômeurs. Jean-Louis Borloo pourrait être contraint de fixer le niveau des cotisations et des prestations.
LE MONDE | 21.04.04 | 13h58


Medef and trade unions(syndicates) dread the decision of the Council of State, seized by unemployed persons' associations. Jean-Louis Borloo could be forced to fix the level of the contributions and the services.
LE MONDE ¦ 21.04.04 ¦ 1:58 pm

Posted by at 09:20 AM | Comments (286)

Un amendement revient sur le droit de la presse en ligne
An amendment returns on the law of the on-line press

Le Sénat avait adopté en deuxième lecture dans la nuit du 8 au 9 avril le projet de loi pour la confiance dans l'économie numérique. Les débats s'étaient déroulés dans une atmosphère consensuelle, la gauche ralliant à plusieurs reprises la majorité, celle-ci donnant son feu vert à deux amendements socialistes.
LEMONDE.FR | 21.04.04 | 20h39


The Senate had adopted in the second reading at night from 8 till 9 April the bill for the confidence in the digital economy. The debates had taken place in a consensual atmosphere, the left reuniting repeatedly the majority, this one giving the green light(approval) to two socialist amendments.
LEMONDE.FR ¦ 21.04.04 ¦ 8:39 pm

Posted by at 09:17 AM | Comments (37)

Marginaux en volume, les "altercolas" menacent l'hégémonie d'image de Coca-Cola et Pepsi-Cola
Eccentrics in volume, "altercolas" threatens the hegemony of image of Coca-cola and Pepsi-Cola

En un an, Mecca-Cola, installé à Dubaï et conçu comme un produit militant contre l'impérialisme américain, aurait vendu 20 millions de litres en France
LE MONDE | 21.04.04 | 13h54

In one year, Mecca-Cola, installed to Dubaï and conceived as a product militating against the American imperialism, would have sold 20 million liters in France
LE MONDE | 21.04.04 | 1:54PM

Posted by at 09:11 AM | Comments (74)

April 20, 2004

Thought Control for Politicians?

The New York Times > Science > Using M.R.I.'s to See Politics on the Brain

But then, after the Bush campaign commercial is shown, the subjects respond in a partisan fashion when the photographs are shown again. They still respond emotionally to the candidate of their party, but when they see the other party's candidate, there is more activity in the rational part of the brain, the dorsolateral prefrontal cortex.

Posted by gh at 08:32 AM | Comments (99)

April 19, 2004

Un projet du collectif K.O. à Cannes !
A project of the collective K.O in Cannes!

Pour un Festival International des Luttes Sociales à Cannes.
...Un relais de PrimiTivi Marseille, http://primitivi.ouvaton.org/news2/article.php3?id_article=13


For an International Festival of the Social Fights in Cannes.
...A relay from PrimiTivi Marseille, http://primitivi.ouvaton.org/news2/article.php3?id_article=13

Posted by at 10:21 AM | Comments (55)

Procès chômeurs vs Assedic: Bingo !!
Lawsuit unemployed persons against assedics: Bingo !!

15 avril 2004, april 15th 2004

Les "recalculés" savourent leurs victoires. Le Tribunal de Grande Instance de Marseille a aujourd’hui reconnu que le caractère rétroactif des restrictions d’indemnisation chômage était une rupture abusive de contrat. En conséquence, il a condamné l’Unedic à reprendre immédiatement le paiement des indemnités des 35 chômeurs qui avaient porté plainte et de payer celles suspendues depuis le 01 janvier 2004.
...Un relais de PrimiTivi Marseille, http://primitivi.ouvaton.org/news2/breve.php3?id_breve=10

The "recalculés" savor their victories. The County court of Marseille recognized today that the retroactive character of the limitations of compensation unemployment was an excessive break of contract. As a consequence, it has condemned the Unedic to resume at once the payment of the reparations of 35 unemployed persons who had raised a complaint and to pay those suspended since January 01st, 2004.
...A relay from PrimiTivi Marseille, http://primitivi.ouvaton.org/news2/breve.php3?id_breve=10

Posted by at 10:08 AM | Comments (120)

Palestine: des médecins au secours des victimes
Palestine: doctors to help the victims

Qui mettra un terme à la folie meurtrière d'Ariel Sharon ? A sa volonté d'empêcher toute idée de paix entre Israéliens et Palestiniens ? Moins d'un mois après l'assassinat de Cheikh Yassine, le meurtre d'Abdel Aziz Al Rantissi, prouve à tous ceux qui avaient encore des doutes que le gouvernement israélien cherche à créer un climat de haine et de vengeance irréversible et à entraîner le monde entier dans une guerre sans fin. Ci-joint le témoignage du Pr. Christophe Oberlin sur place à Gaza, dans un entretien accordé à CAPJPO.
Un relais d'IndyMedia Paris, http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=19446


Who will put an end to the killing frenzy of Ariel Sharon? In his will to prevent any peace idea between Israelis and Palestinians? Less than a month after the murder of Sheik Yassine, Abdel Aziz Al Rantissi's murder, proves to all those who still had doubts for which the Israeli government tries to create a climate of hatred and irreversible vengeance and to pull the whole world in an unlimited war. Enclosed the testimony of Pr. Spot Christophe Oberlin in Gaza, in an interview to CAPJPO.
...A relay from IndyMedia Paris (in english), http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=19446


Le Professeur Christophe Oberlin (Hopital Bichat, spécialiste de la microchirugie), actuellement à Gaza où il opère les blessés souffrant de lésions balistiques, en compagnie de Mohamed Al Rantissi, également chirurgien et frère du leader assassiné, s'interroge : "Dans la Bande de Gaza, sur 1,2 million de Palestiniens, 40 % sont au Hamas, et un très grand nombre sont des gens intelligents, diplômés, sensibles et d'une vitalité extraordinaire. Je suis dans un hopital en pleine reconstruction et les gens qui m'entourent sont très doués. Notre équipe installe un laboratoire de microchirurgie et une heure plus tard, les Palestiniens savent le faire fonctionner. De nouveaux médecins se forment tous les jours. Abdel Aziz Al Rantissi, qui vient d'être assassiné, était lui-même pédiatre. La Bande de Gaza, ce n'est pas "la zone" que l'on essaie de nous faire imaginer. Ce ne sont pas des foules arriérées, manipulables et excitées qui vivent ici. Je suis même étonné du grand calme que parvient à garder la population malgré l'horreur absolue. Ces jours-ci nous avons opéré des dizaines de blessés, victimes de bombes, de missiles ou de balles perdues alors qu'ils se trouvaient chez eux : un bébé de deux ans et demi, un jeune de 17 ans qui a perdu 2 mains, 2 pieds et un oeil, et je ne peux pas tout vous décrire. Une jeune femme de 21 ans, atteinte par une balle dans le genou, à son domicile, a été transportée dans un hopital israélien ; j'apprends qu'on lui a enlevé le seul nerf qui lui restait. Incompétence ou désinvolture ? Je suis révolté.

Les Israéliens ne comprennent-ils pas qu'ils ne peuvent venir à bout de 1,2 million de Palestiniens solidaires et déterminés ?"

En fait, Sharon vient de recevoir de nouveaux encouragements de la part de Bush pour tuer, voler des terres et bafouer le droit international en toute impunité. Les colonies juives peuvent être intégrées à Israël, la résolution 242 du Conseil de sécurité de L'ONU qui proclame que l'on ne peut acquérir des terres par la force militaire vient d'être classée nulle et non avenue, le principe du droit au retour n'est plus à l'ordre du jour. Quant au soi-disant "retrait de la Bande de Gaza", il est de plus en plus évident qu'il s'agit d'une manoeuvre destinée à détourner l'attention de l'annexion constante des terres palestiniennes les plus fertiles, de la construction d'un Mur qui ne laissera au Palestiniens que 10 % de leur terre initiale, sous forme de bantoustans, et des assassinats quotidiens perpetrés par l'armée israélienne.

La Bande de Gaza est en fait destinée à devenir ue prison géante, sans port ni aéroport, sans possibilité de passage vers un autre pays qu'Israël, où le gouvernement israélien a déjà annoncé qu'il se permettrait d'intervenir quand bon lui semble.Il pourra continuer de décider de l'entrée et de la sortie des matières premières comme de la main-d'oeuvre, et y compris affamer la population si bon lui semble, comme il vient de le faire pendant plusieurs semaines en empêchant l'agence (UNWRA) des Nations Unies de livrer de la nourriture aux foyers de la Bande de Gaza qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté.

Bref un système d'"occupation indirecte moins coûteuse et plus efficace", comme le résument Uri Avnery de Gush Shalom, ainsi que journaliste Robert Fisk.

Et en attendant, le gouvernement Sharon essaie de faire place nette et de liquider un maximum de gens et notamment d'intellectuels, sous prétexte de "lutter contre le terrorisme". Mais qui est terroriste ? Qui prend des enfants de 12 ans comme boucliers humains, les roue de coups et les attache sur le capot des jeeps lors de manifestations non violentes pour protester contre la construction du Mur ? Le rabbin Arik Ascherman de l'association "Rabbins pour les Droits de l'Homme"), lui même passé à tabac par des soldats israéliens (voir notre site) jeudi dernier à Biddou, au Nord-Ouest de Jérusalem alors qu'il s'opposait pacifiquement, aux côtés de Palestiniens et de militants internationaux d'ISM, à la construction d'un mur qui va priver de ses terres agricoles ce village palestinien, a relaté comment cet enfant de 12 ans et d'autres personnes, qui comme lui n'avaient pas fait usage de violence, ont été battus, ligotés et utilisés comme boucliers humains par l'armée israélienne.

"Je suis effrayée par notre effondrement moral, par notre arrogance et par la facilité avec laquelle nous assassinons des Palestiniens", écrit Shulamit Aloni, avocate israélienne.

"Comme nous le reprochions aux Allemands sous Hitler, nous ne voulons pas savoir. Notre société est rongée par l'insensibilisation et l'exaltation de la force. Nous volons la terre à des gens qui vivent en ce lieu précis depuis des siècles. Nous sommes en train de détruire des serres, des plantations, des infrastructures vitales pour 3 millions de personnes, et en plus nous nous posons en victimes", se désespère cette femme qui a cru un temps que ses compatriotes sortiraient de leur aveuglement.

De Bush et de Sharon, on ne sait même plus lequel est le maître à penser de l'autre tant l'occupation de l'Irak manifeste le même mépris pour la terre entière que celle de la Palestine.

Les Irakiens résistent à l'occupation, les mensonges sur les "armes de destruction massive" et sur les Américains accueillis en "libérateurs"ont fait long feu, il est clair désormais que l'administration Bush a engagé cette guerre sans autre motif que de remodeler cette région du monde en fonction des intérêts des grands groupes qui dirigent cette nation. Faisant fi de leurs opinions publiques, les régimes qui se permettent de donner des leçons de démocratie à coup de bombardements, de meurtres de civils et de destructions, ont envoyé des troupes et des mercenaires, traitant les uns et les autres comme de la chair à canon. Et ces "coalisés" appellent maintenant de leurs voeux une présence internationale "respectable" sous couvert de "reconstruction" (traduire "profits juteux dont Bush serait prêt à concéder quelques miettes"), de "pacification" et de "transition". Les Nations Unies sont ainsi pressées de légitimer l'occupation. Pour le moment, Raffarin a plutôt donné la consigne inverse : celle de revenir à tous les ressortissants français sur place. C'est le seul discours que nous acceptons d'entendre. Il n'est pas question de laisser deux terroristes gouverner le monde et entraîner tous les autres dans leur folie meurtrière.

CAPJPO

Posted by at 09:22 AM | Comments (91)

Vendre l'or de la Banque de France à qui cela profite-t-il vraiment ??
Sell the gold of the Bank of France whom does it really benefit ??

Un relais d'indyMedia Paris, http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=19461

...A relay from IndyMedia Paris (in english), http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=19461

Vendre l'or de la Banque de France à qui cela profite-t-il vraiment ? ?

Pour commencer quelques documents fort intructifs :

Extraits de la déphêche AFP mercredi 14 avril 2004, 0h00

Noyer (BdF) : oui aux ventes d'or mais pas pour financer directement l'Etat
Le produit de la vente pourrait en revanche être placé, les intérêts encaissés permettant à la banque centrale de dégager des bénéfices, lesquels seraient ensuite reversés sous forme de dividendes à l'Etat en tant qu'actionnaire de la Banque de France, explique M. Noyer.
L'idée d'une vente d'or avait déjà été évoquée début février par le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin comme un moyen possible de financement de la recherche. M. Noyer s'était opposé à cette idée en déclarant : "c'est un débat qui n'existe pas et qui ne peut pas exister" expliquant que l'or figurait à l'actif du bilan de la banque centrale au même titre que les réserves de changes, venant en contrepartie du passif constitué des billets de banque et des réserves obligatoires.
"L'or détenu par la Banque de France (...) est inscrit dans les comptes financiers de notre institution et il ne peut en sortir qu'à la condition d'être aussitôt remplacé par un autre actif", poursuit M. Noyer. En cas de vente, cet actif serait constitué des placements qu'elle ferait avec les fonds dégagés et "qui lui rapporterait de l'argent".
M. Noyer a toutefois relativisé la portée d'une telle mesure et les sommes que représenteraient les intérêts produits par le placement et reversés à l'Etat sous forme de dividendes. "La capacité de la Banque de France à faire des bénéfices n'est qu'un aspect très marginal du redressement des finances publiques".

Extraits d'autres déphêches AFP

Pour autant, Christian Noyer souligne que la capacité de sa banque à réaliser des bénéfices "n'est qu'un aspect très marginal du redressement des finances publiques". La vente de la totalité des 500 tonnes d'or rapporterait un peu plus de 5 milliards d'euros, alors que la dette publique de la France tourne autour de 1.000 milliards d'euros.

La Banque centrale européenne (BCE) "nous a autorisés à vendre 500 tonnes d'or en cinq ans", a-t-il rappelé en précisant que le placement de ces 500 tonnes produirait 200 millions d'euros de revenus.

La Banque de France détient près de 3.025 tonnes d'or.

Cf le magazine CAPTITAL de ce mois, l'or a pris 13,2 % de valeurn en 1 an.

Celà représente 583 Millions d'Euro pour les 500 tonnes d'or qui va ëtre mis à la vente.
Et 3,5 Milliards d'Euro pour la totalité des réserves de la banque de France.

Alors qu'on nous annonce que l'opération rapporterait 200 millions d'euros de revenus.

C'est tout simplement symbolique face aux 1000 Milliards d'Euro de la dette.

L'opération est-elle purement médiatique ou y-a-t-il un intérêt caché ? ?

Imaginons :

1. La banque de France vends pour 5 milliards d'Euro d'or

Conséquences :
- Le cours de l'or s'effondre
- on en aura pas pour 5 milliards d'Euro, et si l'or perds 4% on aura déjà perdu les 200 millions d'euros de revenus prévus.
- Sur la totalité des réserves de la banque de France, vous imaginez les pertes ? ?
- Les échaudés de la bourse qui redoutent déjà le prochain crash vont acheter cet or à bas prix, car quand la bourse baisse, l'or monte !

2. La banque de France achète des actifs, des actions en bourse ? ?

Conséquences :
- Les initiés (Délit, vous avez dit délit ?) auront pris soin d'acheter en masse les actifs ou actions que la banque de France prévoit d'acheter
- Le cours des actifs ou action grimpe en flèche
- La banque de France achète au prix fort
- Les initiés revendent au prix fort
- Les copains (Total, FT, Alsthom, Carrefour) ont vendu des actions au prix fort
- Bref, la Banque de France soutien le CAC 40, mais est-ce vraiment son rôle ?
- Avec les bénéfices les chanceux initiés achètent encore de l'or !
- Au prochain crach boursier la banque de France n'aura plus que ses yeux pour pleurer, alors que ceux qui ont de l'or vont s'en frotter les mains !

Vraiment, moi je ne crois pas que cette vente profitera à la France, mais elle profitera, ça c'est certain.

Maintenant, à qui elle profitera ? ? Un bande de copains initiés qui se servent allègrement dans les caisses de l'état, on se croirait dans un pays africain !
Sauf que les dictateurs africains sont moins hypocrites.

La Fouinne.

Posted by at 09:07 AM | Comments (158)

EDF-GDF : Les mensonges de Nicolas Sarkozy / EDF-GDF: Nicolas Sarkozy's lies.

Nicola Sarkozy promet de ne pas privatiser le noeud énergétique en France? Mensonges! ...un relais d'indymedia Paris http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=19452

English auto-translation of the IndyMedia article:
Nicola Sarkozy promises not to privatize the energy knot in France? Lies! ...a relay of indymedia Paris http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=19452

...Ceci est un double mensonge ! / Voir également les nomades du nucléaire.

1) "EDF-GDF ne seront pas privatisées"

Le projet de loi déposé au Conseil d'Etat indique dans son article 24 : "La majorité du capital de ces sociétés est détenue par l'Etat" Cela signifie explicitement que dès l'application de la loi, 49,99 % du capital d'EDF SA et de GDF SA pourront, sans aucun débat être transférés à des actionnaires privés, français ou étrangers.

2) "Le statut des agents d'EDF et de GDF ne sera pas modifié"

Dans son article 28, le projet de loi précise sans ambiguïté que les organismes statutaires des entreprises dont le personnel relève du Statut National des IEG, seront maintenus "à titre transitoire jusqu'à l'expiration d'un délai qui ne peut excéder trois ans à compter de la publication de la présente loi". Compte tenu que les organismes statutaires relèvent directement du Statut National du Personnel des IEG, Il est mensonger de dire que les agents EDF et GDF conserveront leur statut. (Il s'agit des Commissions Secondaires, des CMP et S/CMP, de la Commissions Supérieure Nationale du Personnel, du CSC des CMP, de la CNBE … ).

C'est toute la représentation du personnel dans ces organismes qui serait alignée sur le droit commun, avec toutes les conséquences qui en découleraient pour les agents sur les garanties concernant les avancements, les qualifications, les mutations, l'organisation du travail etc.

Le 8 avril, mais aussi dans les jours et les semaines qui vont suivrent, les agents d'EDF et de GDF ont tout intérêt à se mobiliser massivement pour obtenir le retrait de ce projet de loi et pour imposer d'autres choix, tant pour l'avenir de leurs entreprises que pour leur statut national.

Voir également le très bon article de GREENPEACE concernant le : « Débat sans vote sur l'EPR à l'Assemblée Nationale : Elus Pour Rien ! ? »

http://www.greenpeace.org/france_fr/

et sur Indy-Paris (page centrale) : « Débat sans vote sur l'EPR à l'Assemblée Nationale »

http://paris.indymedia.org/sommaire.php3#

Plus grave encore est le recours systématique aux travailleurs précaires, aux CDD et aux intérimaires, exposés à des cadences et à des rythmes astreignants supérieurs à ceux des autres salariés. « Le travail temporaire est directement lié à de mauvaises conditions de travail », note la Fondation Dublin . Souvent coupés des collectifs de travail, les précaires ne bénéficient pas du savoir des travailleurs en place - qui, parfois, les regardent comme des concurrents. Ils ne sont pratiquement pas formés aux règles de sécurité, au prétexte que leur contrat est trop court. Quant à leur suivi médical, il relève du fantasme. Résultat : ils subissent deux fois plus d'accidents que les salariés permanents. « Véritable chair à canon des temps modernes », selon l'expression de M. Marcel Royez, secrétaire général de la Fédération nationale des accidentés du travail et handicapés (Fnath), les jeunes sont encore plus vulnérables : un salarié sur cinq est victime d'un accident entraînant un arrêt de travail avant l'âge de trente ans.

Le constat vaut pour les salariés des sous-traitants des grandes sociétés, auxquels les donneurs d'ordre imposent des délais et des prix aberrants. Une façon d'évacuer les risques de sa propre entreprise. L'exemple le plus flagrant est certainement celui du nucléaire, révélé et analysé par Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) (9). Dans les centrales nucléaires, montre-t-elle, « 85 % des tâches de maintenance sont effectuées par des travailleurs "extérieurs", qui prennent 80 % de la dose collective de contamination des centrales ».

www.monde-diplomatique.fr/2001/12/BULARD/15945

"L'externalisation aggrave les conditions de travail. Une nouvelle enquête le souligne, menée auprès des salariés sous-traitants d'EDF, dont les résultats sont publiés dans la revue d'octobre de Santé et travail, éditée par la Fédération nationale de la mutualité française, qui consacre un dossier à la sous-traitance. Pour François Desriaux, son rédacteur en chef, externaliser est, pour une entreprise, "une façon de remettre dans le champ concurrentiel le coût du respect de la réglementation hygiène et sécurité et de transférer sa responsabilité sociale en matière de conditions de travail".

Un jeune de 23 ans exprime son ambivalence entre protection de sa santé et maintien dans l'emploi, par rapport à la gestion de l'emploi par la dose : " Quand je bosse s il y a un endroit où le débit de dose est trop élevé j'y vais pas.. Je vais voir le chef et je lui demande de mettre un petit jeune qui n'a pas de doses. Parce qu'ils prennent des petits jeunes en cours d'année Nous ça fait depuis le début de l'année qu'on prend des doses et eux ils sont tout neufs . Autant les envoyer eux qu'ils prennent un peu de doses et deviennent au même niveau que nous. Parce qu'après ils vont nous mettre au taquet et nous remplacer par des petits jeunes qui ne connaissent pas le métier La dernière fois il me restait 600 millirems à prendre pour atteindre la limite des 5 rems/an. J'ai préféré partir quinze jours avant la fin de mon contrat. 600 millirems ça va vite. J'avais pas envie de prendre le risque. Le patron n était pas content...Je ne me suis jamais trop renseigné mais je pense qu'au niveau de la santé ça doit pas être très bon à la longue.."

L'atteinte des limites de dose a pour conséquence l'interdiction pure et simple d'entrer en centrale. EDF délègue ainsi aux entreprises sous-traitantes la responsabilité de la gestion des conséquences de cette mesure d'interdiction, en termes d'emploi et de salaire. Ces entreprises n'étant pas liées par les garanties du statut EDF, elles gèrent ces conséquences par le recours au chômage. Lorsqu'il s'agit de travailleurs permanents, le préjudice concerne essentiellement le revenu, lors de mises en chômage partiel. Quand il s'agit de salariés temporaires, le préjudice est double : ils perdent l'emploi et parfois toute forme de revenu, compte tenu des modalités de constitution des droits à indemnisation-chômage que met en question l'emploi intermittent, sauf dans le cas de statut particulier comme celui des intermittents du spectacle. C'est donc, en ultime ressort, le travailleur DATR lui-même qui est mis en demeure de choisir entre son emploi ou un risque pour sa santé, soit librement en laissant spontanément le dosimètre à la porte, soit parfois même sous la pression de son employeur qui tente ainsi de s'abstraire de la contrainte de radioprotection et de ses conséquences. On est à des années lumière de ce qu'était censé représenter le droit de retrait des situations dangereuses introduit dans le Code du Travail en 1982. Cette division du travail et des doses rend irréel le recours possible à ce droit par ceux dont le travail est justement d'être exposé aux rayonnements ionisants.

http://stopcivaux.free.fr/maintenance/175_annie.html

La France considère au contraire que le système de dosimétrie réglementaire, auquel s'ajoute le système Dosinat, étendu, sous l'appellation Dosimo à l'ensemble des exploitants français (EDF, CEA, Cogema, armées), sont suffisants. Ces systèmes soulèvent pourtant de nombreuses interrogations. En juillet 1996, puis en décembre, la Commission, dans un avis motivé, considérait donc toujours que la France manque aux obligations qui lui incombent, car la fréquence des contrôles dosimétriques est inadéquate et la carte de suivi médical ne porte pas toutes les données prescrites par la directive ; des négociations sont toujours en cours. Le Ministère du travail a proposé une réglementation de la dosimétrie opérationnelle ouvrant la voie à une levée du secret médical, avec la communication à l'employeur d'une information individuelle, nominative. Le projet prévoit notamment que l'inspecteur du travail pourrait accéder à la dosimétrie opérationnelle. Jusqu'ici, l'inspecteur du travail se voyait dépossédé de tout moyen d'exercer un contrôle sur le respect des règles d'hygiène et sécurité, la réglementation prévue n'ayant pas été adoptée. C'est EDF qui avait décidé de sanctionner les entreprises qui procèderaient à des licenciements abusifs pour cause de dosimétrie excessive. On ne peut donc que souligner le caractère absurde de la situation, où "l'autorité de l'Etat est niée par l'Etat lui-même, et ses carences supléées par un exploitant auto-investi - pour la bonne cause - d'une sorte de pouvoir de police". Si la question de la protection des travailleurs extérieurs est épineuse, une catégorie particulière de ces travailleurs, ceux qui ont un statut temporaire (intérimaires ou travailleurs sous contrat à durée déterminée) soulève des difficultés spécifiques. Les salariés intérimaires sont ceux qui reçoivent la dose moyenne la plus élevée sur de courtes périodes et il est difficile, face à ces données, de ne pas parler d'externalisation des risques vers les salariés à emploi précaire.

Click Here :

http://stopcivaux.free.fr/maintenance/175_annie.html

Posted by at 08:56 AM | Comments (167)

April 15, 2004

How Much Does It Cost to Get Rid of the US?

Old weapons, new terror worries | csmonitor.com

Old weapons, new terror worries

Russian and US experts meet this month to assess terror tactics, from hacking into systems to seizing a weapon.

By Scott Peterson | Staff writer of The Christian Science Monitor

Posted by gh at 09:11 AM | Comments (68)

April 12, 2004

"Civils" ou soldats mercenaires?/"Civilians" or mercenary soldiers?

[ french first, autotranslated english after]

Soldats mercenaires en Irak, de Michel Collon

"Civils" ou soldats mercenaires ? Une exclusivité depuis Bagdad
«Des habitants furieux de Falloujah ont mutilé à coups de pelle les corps
carbonisés de CIVILS travaillant pour la coalition" écrit Le Soir (Bruxelles), ce 1er avril, comme pratiquement tous les grands médias.
Des civils? Allez jeter un coup d'oeil sur le site de leur société et vous verrez qu'il s'agit en réalité de soldats mercenaires: http://www.blackwaterusa.com/ On peut gagner jusqu'à 1.000 $ par jour pour ce sale boulot. Mais le risque
est à la mesure.
La guerre contre l'Irak se privatise de plus en plus du fait que la résistance cause trop de problèmes à Bush et Blair. C'est ce qui permet de cacher le nombre réel de militaires tués. Lisez le témoignage d'un ingénieur civil que j'ai rencontré lorsque j'étais en Irak, juste avant la guerre. Un homme très affable, très sérieux: via son témoignage, vous comprendrez ce que ressentent les Irakiens.

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Mercenary soldiers in Iraq, by Michel Collon

"Civilians" or mercenary soldiers? An exclusivity from Bagdad
" Inhabitants furious at Falloujah mutilated in knocks of shovel bodies carbonized by CIVILIANS working for the coalition " writes Le Soir (Brussels), this April 1st, as practically all the big media.
Civilians? Go to glance on the site of their company and you will see that it is really about mercenary soldiers: http://www.blackwaterusa.com You can win up to $1.000 a day for this nasty job. But the risk is for the measure.
The war against Iraq privatizes more and more fact that the resistance causes too many problems to Bush and Blair. It is what what allows to hide the real number of killed servicemen. Read the testimony of a civil engineer whom I met when I was in Iraq, just before the war. A very affable, very serious man: via his testimony, you will understand what feel the Iraqis.

Read it in autotranslated english
or in french with the link below...

Soldats mercenaires en Irak, de Michel Collon
[autotranslated english version]

"Civils" ou soldats mercenaires ?
Une exclusivité depuis Bagdad

«Des habitants furieux de Falloujah ont mutilé à coups de pelle les corps
carbonisés de CIVILS travaillant pour la coalition"
écrit Le Soir (Bruxelles), ce 1er avril, comme pratiquement tous les grands
médias.

Des civils? Allez jeter un coup d'oeil sur le site de leur société et vous
verrez qu'il s'agit en réalité de soldats mercenaires:
http://www.blackwaterusa.com/
On peut gagner jusqu'à 1.000 $ par jour pour ce sale boulot. Mais le risque
est à la mesure.

La guerre contre l'Irak se privatise de plus en plus du fait que la résistance
cause trop de problèmes à Bush et Blair. C'est ce qui permet de cacher le nombre réel de militaires tués.
Lisez le témoignage d'un ingénieur civil que j'ai rencontré lorsque j'étais en
Irak, juste avant la guerre. Un homme très affable, très sérieux: via son
témoignage, vous comprendrez ce que ressentent les Irakiens.
Son témoignage sera présenté au cours du tribunal de Bruxelles sur les crimes
de guerre (15-17 avril). Le programme complet se trouve sur:
http://www.brusselstribunal.org.

Après cela, un autre document du très estimé journaliste britannique Robert
Fisk : ce que vous ne lirez pas dans la presse traditionnelle.

"Les actions que les Etats-Unis pourraient mener
enflammeraient encore davantage la population contre eux"
Ghazwan Al-Mukhtar, un ingénieur irakien retraité parle depuis Bagdad:
Le lendemain du jour où quatre travailleurs américain d'une entreprise
militaire US étaient tués puis mutilés dans les rues de Fallujah, nous nous
rendons à Bagdad pour discuter avec un ingénieur irakien retraité, Ghazwan
Al-Mukhtar, à propos des mercenaires en Irak ainsi que sur la raison pour
laquelle Fallujah s'est muée en foyer de la résistance irakienne.

voir:
No Iraqi shock over slaying of Americans ("Aucun Irakien n'a été choqué par ce
qui est arrivé aux Américains")
By Michael Georgy
http://news.ft.com/servlet/ContentServer?pagename=FT.com/WireFeed

Mercredi, ces quatre Américains ont été tués puis mutilés dans la ville
irakienne de Fallujah au cours de l'une des attaques les plus spectaculaires
contre les intérêts américains depuis l'invasion de l'Irak.
A proximité de là, cinq militaires américains perdaient également la vie dans une autre attaque.
Au cours de l'attaque contre ces «civils» américains, les agences de presse
ont pris des photos et des images de leurs corps calcinés et démembrés au beau
milieu de la rue.
Deux des corps ont été attachés et lynchés sous un pont enjambant l'Euphrate. Les autres ont été traînés dans les rues derrière des voitures avant d'être mis en pièces.
Le New York Times rapporte avoir vu un garçonnet d'une dizaine d'année
piétiner une tête calcinée en criant «Où est Bush? Amenez-le ici pour qu'il voie ça!»
L'incident s'est produit le jour même où le nombre de soldats américains tués
en Irak atteignait le nombre de 600.
Les quatre Américains tués mercredi travaillaient tous pour la société
Blackwater qui, généralement, loue les services d'anciens militaires, souvent de
la marine de guerre, afin de constituer en gros une armée privée échappant dans les grandes lignes à tout contrôle public.

On ignore combien de ces «employés» privés américains ont été tués, bien qu'il
ait été rapporté que l'armée s'appuie de plus en plus sur des sociétés privées
de sécurité au fur et à mesure que la résistance à l'occupation s'intensifie.
Il s'avère que les Etats-Unis n'ont rien mis en oeuvre pour sauver les quatre
contractants privés ni même pour récupérer leurs cadavres avant plusieurs heures après l'attaque.

Mercredi, le website des autorités provisoires de la coalition ne mentionnait
même pas ces attentats. L'un des gros titres du site mentionnait: «La police
irakienne à la hauteur dans sa tâche de sécurité publique». L'analyste du
Moyen-Orient, Juan Cole, affirme que le degré de haine contre les Américains au
sein de la population irakienne ordinaire n'a rien d'une bonne nouvelle pour les
forces d'occupation.
Il écrit: 'Cela contribue à expliquer pourquoi si peu des guérilleros arabes
sunnites ont été capturés, puisque la population locale les cache et les aide.
Il semble également peu probable que l'intensification des actions militaires
américaines puisse avoir le moindre résultat pratique dans la répression de
cette insurrection; la plupart des actions que les Américains pourraient
entreprendre ne contribueraient qu'à enflammer encore plus le public contre eux.
Il me semble très vraisemblable que la violence de la guérilla va encore se
poursuivre durant des années.»


La coalition des mercenaires
Les occupants claquent des millions dans une armée privée chargée de la
sécurité
par Robert Fisk et Severin Carrell
The Independent (Grande-Bretagne)
Le 29 mars 2004

Une armée de plusieurs milliers de mercenaires a fait son apparition dans les
grandes villes irakiennes. La plupart de ces hommes sont d'anciens militaires
britanniques et américains recrutés par les autorités occupantes
anglo-américaines et par des douzaines de sociétés craignant pour la vie de leur
personnel.

Nombre des Britanniques armés sont d'anciens membres des SAS et des
Sud-Africains lourdement armés travaillent également pour l'occupation. «Les
hommes savent se servir d'armes et tous sont des SAS», a déclaré le responsable britannique d'une équipe de sécurité opérant dans la partie sud de Bagdad.
«Mais il y a aussi des gens qui se baladent avec des armes et qui ne sont rien
d'autres que des cow-boys. Nous dissimulons toujours nos armes, mais ces gars
s'imaginent qu'ils sont dans un film d'Hollywood.»

Il existe des doutes sérieux, même au sein du pouvoir d'occupation, à propos
du choix américain d'envoyer des mercenaires chiliens, dont beaucoup ont été
formés sous l'infâme dictature du général Pinochet, pour garder l'aéroport de
Bagdad.
Bien des Sud-Africians sont en Irak illégalement - ils violent ainsi les nouvelles lois adoptées par le gouvernement de Pretoria afin de contrôler l'exportation sans cesse croissante de mercenaires sud-africains. Bon nombre d'entre eux ont été arrêtés à leur retour: ils ne possèdent pas la licence aujourd'hui réclamée aux soldats privés.

Les pertes parmi les mercenaires ne sont pas comprises dans le décompte
officiel des morts effectué par les autorités d'occupation, et cela peut
expliquer les soupçons permanents des Irakiens qui estiment que les Etats-Unis
sous-estiment leurs pertes militaires en morts et blessés. Certains experts
britanniques prétendent que les unités de police privée constituent aujourd'hui
les plus importantes exportations britanniques en Irak - cette augmentation
étant provoquée par la multiplication des attentats à la bombe contre les forces
de la coalition, les organisations d'aide et les bâtiments des Nations unies
depuis la fin officielle de la guerre, en mai dernier.

De nombreuses sociétés opèrent à partir de villas situés dans les quartiers de
la clase moyenne de Bagdad, villas dont les portes n'affichent aucun nom.
Certains argents de la sécurité prétendent qu'ils peuvent ainsi gagner plus de
80.000 livres par an. Mais un travail de mercenaire à court terme et à haut
risque peut rapporter beaucoup plus.
Le personnel de sécurité travaillant sous contrat de sept jours dans des villes comme Fallujah peut se faire 1.000 dollars par jour. Bien qu'ils ne portent pas d'uniformes, certains agent de sécurité portent une identification personnelle sur leurs gilets de protections, en plus de leurs fusils et pistolets. D'autres refusent de décliner leur identité, même dans les hôtels, ils boivent de la bière en bande, leurs armes à leurs pieds.
Dans plusieurs hôtels, clients et personnel se sont plaints de ce que ces agents
de sécurité avaient organisé des beuveries et un directeur a même été f!
orcé de faire savoir aux mercenaires se trouvant dans son hôtel qu'ils
devaient porter leurs armes dans un sac quand ils quittaient les lieux. Sa
demande est restée lettre morte.

Un directeur de société britannique, David Claridge, de l'agence de sécurité
Janusian, a estimé que les firmes britanniques ont empoché quelque 800 millions
de livres avec leurs contrats en Irak, et ce, une année à peine après le début
de l'invasion. Une firme gérée par des Britanniques, Erinys, emploie 14.000
Irakiens comme veilleurs et gardes de sécurité afin de protéger les gisements de
pétrole et les pipelines.
Le recours à des sociétés privées pour la sécurité a soulevé pas mal de
ressentiments chez les travailleurs du Département de l'Aide Internationale au
Développement (DAID), qui craignent que la chose ne sape la confiance des civils
irakiens. «L'équipe du DAID préférerait ne pas avoir ça», a déclaré quelqu'un.
«Il est beaucoup plus facile pour eux de faire leur boulot sans sécurité
visible, mais les risques pour la sécurité sont très grands, là-bas.»
Une société gérée par des Sud-Africains, Meteoric Tactical Solutions, a un
contrat de 270.000 livres avec le DAID qui, a-t-il été convenu, consiste à
fournir des gardes du corps et des chauffeurs à la plupart de ses fonctionnaires
de haut rang en Irak, ainsi qu'à leur personnel subalterne.
Une autre société britannique, ArmorGroup, a un contrat de 876.000 livres pour
la fourniture de 20 agents de sécurité au Foreign Office. Ce chiffre connaîtra
une majoration de 50% en juillet. La firme emploie également quelque 500 Gurkhas pour protéger les cadres et personnes importantes gravitant autour des firmes américaines Bechtel and Kellogg Brown & Root.

Des parlementaires de l'opposition ont été heurtés par l'ampleur de
l'utilisation par le gouvernement de firmes privées pour protéger les
fonctionnaires civils britanniques et ils ont affirmé qu'il s'agissait d'une preuve de plus de ce que l'armée britannique était trop petite pour assumer les tâches qu'on lui confiait.

Menzies Campbell, le porte-parole démocrate libéral des Affaires étrangères, a déclaré: «Cela suggère que les forces britanniques sont incapables de fournir une protection adéquate et cela soulève en même temps le problème très controversé de la 'sur-extension', et plus précisément à la lumière des remarques émises par le chef de l'état-major de la défense, qui
disait, la semaine dernière, que la Grande-Bretagne ne pourrait organiser
d'autre opération à l'échelle de l'Irak durant au moins cinq ans.»

Andrew Robathan, un parlementaire conservateur présent dans la commission de
sélection du développement international et lui-même ancien officier des SAS, a
déclaré: «L'armée ne dispose pas des troupes pour assumer des gardes statiques de cette ampleur.
A coup sûr, il aurait été meilleur marché d'avoir un autre bataillon de militaires pour fournir des gardes.»

La plus grosse firme privée britannique de sécurité en Irak, Global Risk
Strategies, assiste les autorités provisoires de la coalition et l'administration irakienne à rédiger de nouvelles réglementations. On s'attend à ce qu'elle augmente ses effectifs sur place, les faisant passer de 1.000 hommes à 1.200, au cours de ce printemps, voire à 1.800 au cours de cette année.
Toutefois, les montants mêmes de l'aide caritative sont fortement perturbés par
les sommes dépensées en sécurité, puisque le DAID a dû prélever 278 millions de livres sur son budget général d'aide à la reconstruction en Irak. Dominic Nutt,
de Christian Aid (Aide chrétienne) a déclaré: «Ca nous reste en travers de la
gorge. Il est normal que le DAID protège ses effectifs, mais c'est comme si on
volait Pierre pour payer Paul.»

Les mercenaires débarquent en masse pour combler les trous
par Paul McGeough (The Age, Australie)

Les firmes privées de sécurité représentent aujourd'hui la troisième force
armée en Irak. Chaque fois que les portes s'ouvrent au Niveau 5 du Palestine
Hotel, on tombe sur un Gurkha en tenue impeccable qui pointe son arme de gros
calibre sur l'ascenseur.
Tout l'étage et celui du dessus sont désormais occupés par Kellogg Brown &
Root, le département construction de Halliburton, l'une des plus grosses firmes
américaines opérant en Irak. Et bien que les linguistes de l'occupation n'autorisent pas l'emploi du mot «mercenaire», le Gurkha mentionné ci-dessus
fait partie d'une opération privée de sécurité engageant 15.000 hommes et qui
constitue la troisième force armée en importance en Irak.

Posted by at 12:49 PM | Comments (74)

«On peut être mourant, on reste taulard avant tout»/«You can be dying, you remain a convict above all»

[french first, (bad autotranslated) english after]

Le cas de Joëlle Aubron, ancienne militante d'Action Direct (AD), illustre la difficile situation des prisonniers malades. Le refus du Garde des Sceaux d'examiner sa demande de libération pour mauvaise santé tombe mal, surtout que Loïc Le Floch-Prigent (ancien PDG d'Elf) vient d'être libéré à cause d'un psoriasis, et que l'on se souvient de la libération de Papon (93 ans) pour raisons médicales graves et que se dernier gambade maintenant comme un lapin (un vieux lapin certe, mais tout de même)...

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

The case of Joëlle Aubron, former activist of Action Direct (AD), illustrates the difficult situation of the sick prisoners. The refusal of the Lord Chancellor to examine her demand of liberation for poor health falls badly, especially that Loïc Le Floch-Prigent ( former Elf Aquitaine CEO) has just been freed because of a psoriasis, and that we remember the liberation of Papon ( 93 years) for grave medical reasons and that last one cavorts now as a rabbit (an old rabbit for sure, but all the same)...

[french first, (bad autotranslated) english at the end]

Le cas de Joëlle Aubron, ancienne militante d'Action Direct (AD), illustre la difficile situation des prisonniers malades. Le refus du Garde des Sceaux d'examiner sa demande de libération pour mauvaise santé tombe mal, surtout que Loïc Le Floch-Prigent (ancien PDG d'Elf) vient d'être libéré à cause d'un psoriasis, et que l'on se souvient de la libération de Papon (93 ans) pour raisons médicales graves et que se dernier gambade maintenant comme un lapin (un vieux lapin certe, mais tout de même).

Du coup quelques questions viennent immédiatement aux lèvres:
N'y aurait-il pas deux poids deux mesures (comme l'ont fait entendre les députés PC et LCR)? Peut-on encore avoir confiance en notre justice (elle qui semble tout de même bien en collusion avec le pouvoir politique et financier)?

Surtout que l'affaire Action Direct reste un peu trouble quant aux peines appliquées. AD était, c'est indéniable, un groupe terroriste violent; leurs actions sont impardonnables. Mais les peines appliquées sont du sur-mesure puisque ce sont des peines à perpétuité incompressibles dans un quartier de haute sécurité en isolement... Cela fait beaucoup bien que les faits initiaux soient graves et demandent une sanction: assassinats multiples de chefs d'entreprise.

En fait c'est surtout le maintien de la condition d'isolement, le maintien de la censure sur le courrier, et le maintien des prisonniers hors d'un centre de détention pour les longues peines qui rend l'application du jugement initial hors-norme et qui fait penser à un acharnement de l'Etat français et à un emprisonnement politique.

Sur quatre prisonniers d'Action Direct (Joëlle Aubron, Georges Cipriani, Nathalie Ménigon et Jean-Marc Rouillan) Georges Cipriani, malade en raison de l'isolement et des conditions d'exception qu'il a subies a sombré dans la folie, il n'est plus soigné depuis 1993 ; Nathalie Ménigon, victime le 21 décembre 1996 d'un grave accident cérébro-vasculaire, traîne depuis lors une dépression qui ne peut trouver de solution dans le cadre actuel de sa détention.

reno

>Des liens à propos de cette histoire (fr):
Indymedia Paris: Un texte de Joêlle Aubron, prisonnière d'Action Directe
Indymedia Paris: Prisonniers politiques ? Ha non monsieur ! pas en France !
LCR Nancy: Libèrer Nathalie Ménigon
Quand la justice libère Papon et tente de briser des révolutionnaire
, cet article présente aussi le rapport 2002 d'Amnesty International sur l'isolement prolongé de prisonniers.


The case of Joëlle Aubron, former activist of Action Direct (AD), illustrates the difficult situation of the sick prisoners. The refusal of the Lord Chancellor to examine her demand of liberation for poor health falls badly, especially that Loïc Le Floch-Prigent ( former Elf Aquitaine CEO) has just been freed because of a psoriasis, and that we remember the liberation of Papon ( 93 years) for grave medical reasons and that last one cavorts now as a rabbit (an old rabbit for sure, but all the same).

Of the blow some questions come at once to lips: would not there be two weights two measures (as said some PC and LCR deputees)? Can we always trust our justice (which seems on numerous affairs in collusion with political and financial powers)?

Especially that the Action Direct affair remains a little bit shady as for the applied punishments.
AD was, it is unmistakable, a violent terrorist group; their actions are unforgivable. But the applied punishments are of on measure because they are punishments with uncompressible lifer in a top-security jail in isolation... It makes a lot although the initial facts are serious and ask for a penalty: egineer and managers' multiple murders.

In fact it is especially the preservation of the condition of isolation, the preservation of the censorship on the mail, and the preservation of prisoners outside the detention centre for the long punishments that returns the application of the initial judgment except standard and which reminds a doggedness of the French State and a political detention.

On four prisoners of Action Direct (Joëlle Aubron, Georges Cipriani, Nathalie Ménigon and Jean-Marc Rouillan) Georges Cipriani, patient because of the isolation and the conditions of exception which it underwent sank into the madness, it is not any more looked after since 1993; Nathalie Ménigon, victim on December 21st, 1996 of a serious cerebro-vascular accident, drags since then a depression which cannot find of solution in the current executive of its detention.

reno

>Links about this story in english (autotranslation):
Indymedia Paris: a text of Joêlle Aubron, prisoner of Direct Action
Indymedia Paris: political Prisoners? Ha not sir! Not in France!
LCR Nancy: Libèrer Nathalie Ménigon Quand the justice frees(releases) Papon and tries to break revolutionary, this article also presents the report 2002 of Amnesty International on the prolonged isolation of prisoners.

------------------------------------------------

>L'article (fr):
«On peut être mourant, on reste taulard avant tout». Un article issue du Libération du 12 avril...
Le forum qui y correspond

>The article in english (autotranslation):
«You can be dying, you remain a convict above all». An article from Liberation, April 12th...

The forum which corresponds to it

«On peut être mourant, on reste taulard avant tout»

Par Dominique SIMONNOT et Colette GOINERE

lundi 12 avril 2004 (Liberation - 06:00)

à Bordeaux

Le 29 mars, la détenue Joëlle Aubron, opérée d'une tumeur cancéreuse au cerveau, avait reçu sa famille menottée à son lit d'hôpital du CHU de Lille. Sur ordre de qui ? Ni de l'administration pénitentiaire, ni du ministère de la Justice dont les services avaient dû intervenir pour qu'elle soit désentravée. L'ordre venait du préfet Roger Marion, l'ancien patron de l'antiterrorisme et ex-numéro 2 de la PJ, surnommé «Eagle 4» (il gueule fort) ou «Roger le dingue» dans la police ­ allusion à son caractère très particulier ­, expédié en février au poste de préfet du Nord. Samedi, un nouvel incident a opposé le préfet Marion à la famille de Joëlle Aubron. La prisonnière, en effet, avait réintégré le centre de détention de Bapaume (Pas-de-Calais) où elle purge une peine à perpétuité pour deux assassinats commis au nom d'Action directe.

Mais jeudi, après un malaise, elle s'est ouvert le crâne et a, à nouveau, été transportée en urgence au CHU de Lille. Prévenus vendredi soir par le directeur de la prison ­ «elle est en observation en neurologie, vous pouvez aller la voir» ­, ses parents sont arrivés samedi à l'hôpital où les policiers leur refusent tout net la visite. «On nous a dit qu'elle ne verrait personne sans un ordre signé de Roger Marion», rapporte un ami qui les accompagnait. Samedi, au ministère de l'Intérieur, on assurait pourtant : «Il s'agit d'une application stricte du code de procédure pénale. Et, d'ailleurs, la loi dit que le permis de visite pour un détenu malade doit être délivré par l'administration pénitentiaire.» Aussitôt contredit par le ministère de la Justice : «L'administration pénitentiaire n'a aucune intention d'empêcher les parents Aubron de voir leur fille malade, aucun règlement n'existe pour les en empêcher... Joëlle Aubron est sous surveillance policière.» Autrement dit, l'ordre vient de la préfecture, d'autant que la famille Aubron dispose d'un permis de visite régulier pour la prison de Bapaume. La situation ne s'est débloquée que dans la soirée, avec une autorisation de visites délivrée pour les parents Aubron et leurs deux autres filles.

«Autres priorités». En fait, cette histoire est une illustration de plus des difficultés à faire soigner les prisonniers malades. Il y a les menottes, les entraves passées même aux mourants. Et si le ministre de la Justice, Dominique Perben, s'était publiquement ému d'une femme menottée durant son accouchement, «la seule assurance que nous ayons, c'est que les femmes n'accoucheront plus entravées, assure François Bès pour l'Observatoire international des prisons, les détenus malades sont très souvent menottés pendant les examens médicaux et durant leur hospitalisation».

Plus grave ­ exemple parmi d'autres ­, une plainte pour «non-assistance à personne en danger» a été déposée il y a peu par Me Fabrice Petit au nom de la mère d'Y. L., un client mort. En septembre, les médecins de la prison centrale de Saint-Maur mettent en évidence une récidive de mélanome et veulent mettre en place une chimiothérapie à l'hôpital de Toulouse, là où vit la mère d'Y. L. Une demande de suspension de peine est déposée, les médecins jugeant «le pronostic vital engagé».

Mais, en attendant, les soins n'auront pas lieu, «le préfet de Haute-Garonne ayant refusé l'extraction d'Y. L., considérant qu'il avait d'autres priorités pour son personnel que de l'affecter à la garde d'une chambre d'hôpital», dénonce l'avocat dans sa plainte. Enfin, le 11 décembre, la peine est suspendue, les juges soulignant que «la maladie présente un haut grade évolutif et une vitesse d'extension extrêmement rapide». Y. L. part chez sa mère. Il meurt le 2 février, son cancer s'étant propagé «notamment avec l'apparition, note encore Me Petit dans sa plainte, d'une tuméfaction [...] déjà visible durant la détention d'Y. L.».

Autre exemple, Patrice L., incarcéré à Neuvic en Dordogne pour deux affaires de stupéfiants. Cet homme de 31 ans, atteint d'une ostéite ­ une infection de l'os ­ attend une amputation au-dessous du genou. L'opération est prévue pour le 2 juin. Mais les services de police ne sont pas chauds pour faire le planton devant la chambre d'un détenu. Calcul fait : il faut six gardiens par vingt-quatre heures. C'est trop. «Au moment où on nous demande d'être sur le terrain, on a autre chose à faire», lâche l'un d'entre eux. Suzanne, la mère de Patrice, s'indigne de la souffrance de son fils qui «n'a plus de mollet. Sa jambe est squelettique». En août, son avocate avait déposé une requête devant le juge d'application des peines afin que son client bénéficie d'une suspension de peine pour raison médicale. Demande rejetée. Le procureur de Périgueux, Claude Bellenger, lui, prévient : «Si une solution administrative n'est pas trouvée rapidement, je serai le premier à demander la suspension de peine.» Mais, pendant ce temps, l'ostéite continue son avancée.

Loi Kouchner. «Faute d'escortes et de gardes statiques devant les chambres ou les salles d'examen, les annulations pour amener des détenus à l'hôpital sont monnaie courante, explique François Bès. Et cela donne des opérations, des chimiothérapies retardées pendant des semaines.» La surpopulation carcérale rend les choses encore pires. Et si Dominique Perben a créé à Nancy un hôpital spécial pour les détenus, il faudra des escortes pour y acheminer les malades et le nombre de places, une vingtaine, ne suffira pas.

Le 4 mars, dans une lettre au garde des Sceaux, le sénateur communiste des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini, s'étonnait, par ailleurs, de l'application «insuffisante et trop lente» de la loi Kouchner sur les suspensions de peine : «Près d'une demande sur deux est en effet rejetée. En 2003, seules 63 personnes sur 136 demandes ont bénéficié d'une suspension de peine et 52 demandes ont fait l'objet d'un refus. Il reste donc 73 malades incarcérés.» «En fait, poursuit François Bès, on peut être malade ou mourant, on reste taulard avant tout. La sécurité prime.»

Posted by at 12:24 PM | Comments (58)

April 08, 2004

What Does Chirac, Tyco and BNP Have In Common

So BNP misplaces 4 million dollars, Chirac use public money for his private gardens and these clowns in New York take millions of dollars from their company for private use and don't think they did anything wrong.

The New York Times > Business > Tyco Case Puts New Focus on Issues of Criminal Intent

But that means that at least in theory, an imperial chief executive at the height of the boom of the 1990's might well make a plausible argument that he honestly believed that no bonus and no loan - and no shower curtain - was too big or too costly to be a hard-earned perquisite of the top-dog position. If such an executive honestly believed that an inappropriate bonus was fairly his, he could claim that he was not guilty of the crime charged.

Posted by gh at 09:22 AM | Comments (55)

April 07, 2004

The Bush Way to Win Friends and Bring Democracy

Fierce Fighting With Sunnis and Shiites Spreads to 6 Iraqi Cities

Sheik Ghazi al-Abid, a wealthy Falluja tribal leader, said by telephone on Monday night that American helicopters were attacking his neighbor's house. "The situation is really bad," he said. "We pray to God this will finish safely.

I can't believe what monster's we have become.
We are as bad as the Israelis. The only thing we
Americans can do is vote against President Bush and hope that John Kerry will be better I personally believe that an Islamic republic like Iran is good for Iraq and is inevitable. I only hope the civil war in Iraq comes while Bush is trying to get re-elected that will finish him and his war-mongering policies for good.

Posted by gh at 09:11 AM | Comments (166)

April 06, 2004

Where Did I Put That Four Million ?

Can you believe this! A Bank has misplaced four million dollars. Yes and if you go to BNP they are so formal. If you have an account there and mess up they are ready to put you in jail for ten dollars!!
Banking Inquiry at BNP Paribas

Banking Inquiry at BNP Paribas
By GRETCHEN MORGENSON

Published: April 6, 2004

Prosecutors have been told that the group failed internal audits for at least three years, and that in the most recent six-month period, at least $4 million was unaccounted for in the group's profit and loss statement.

Posted by gh at 11:16 AM | Comments (96)

April 05, 2004

Bush Could Have Stopped 9/11 Instead He wanted to Attack Iraq

First he steals the election then he ignores warnings about terrorists then he attacks a country for oil. In any other country Bush would be dragged from the Whitehouse and hanged.
Leaders of 9/11 Panel Say Attacks Were Probably Preventable

Leaders of 9/11 Panel Say Attacks Were Probably Preventable
By PHILIP SHENON

Published: April 5, 2004

ASHINGTON, April 4 — The leaders of the independent commission investigating the Sept. 11 terrorist attacks agreed Sunday that evidence gathered by their panel showed the attacks could probably have been prevented

Posted by gh at 11:58 AM | Comments (66)

April 04, 2004

«Le vote, c'est tout ce qui nous reste»

Chez General Trailers, à Lunéville, en Lorraine, des ouvriers ont délaissé le vote FN pour le PS.


samedi 03 avril 2004 Lunéville (Meurthe-et-Moselle) envoyée spéciale

L'ambiance est incertaine. Les ouvriers s'activent, lentement, la tête ailleurs, la clope aux lèvres. Dimanche dernier, Pascal Kurkincy, chef d'atelier, «à droite depuis toujours», s'est laissé entraîner à gauche, avec toute sa famille d'origine polonaise et catholique. «J'attends d'eux qu'ils ne nous laissent pas à la rue.» A cause de la réforme des retraites, mais aussi des radars sur les routes. La lutte contre la délinquance, il avait voté pour en 2002, «mais il y a quelque chose qui a dérapé. On a eu le sentiment que la sévérité a touché les plus pauvres». General Trailers, numéro un de la fabrication des semi-remorques, 360 emplois directs, 1 200 induits, dernière industrie de Lunéville, en Lorraine, est en redressement judiciaire depuis novembre.

Libération, samedi 3 avril, «Le vote, c'est tout ce qui nous reste»

Chez General Trailers, à Lunéville, en Lorraine, des ouvriers ont délaissé le vote FN pour le PS.


samedi 03 avril 2004 Lunéville (Meurthe-et-Moselle) envoyée spéciale

L'ambiance est incertaine. Les ouvriers s'activent, lentement, la tête ailleurs, la clope aux lèvres. Dimanche dernier, Pascal Kurkincy, chef d'atelier, «à droite depuis toujours», s'est laissé entraîner à gauche, avec toute sa famille d'origine polonaise et catholique. «J'attends d'eux qu'ils ne nous laissent pas à la rue.» A cause de la réforme des retraites, mais aussi des radars sur les routes. La lutte contre la délinquance, il avait voté pour en 2002, «mais il y a quelque chose qui a dérapé. On a eu le sentiment que la sévérité a touché les plus pauvres». General Trailers, numéro un de la fabrication des semi-remorques, 360 emplois directs, 1 200 induits, dernière industrie de Lunéville, en Lorraine, est en redressement judiciaire depuis novembre.

«Mal au ventre». En 2002, Pascal était «derrière Chirac» dès le premier tour. Aujourd'hui, le gouvernement Raffarin 3 lui «fait mal au ventre». Il y a deux ans, certains travailleurs de General Trailers avaient voté Le Pen parce qu'ils le voyaient en défenseur des ouvriers. Cette année, c'est la CGT qui est fortement revenue en grâce à l'usine. Denis, 47 ans, continue de croire qu'un repreneur sauvera le site (1). Il n'a confiance ni dans le gouvernement ni dans le patronat, et a voté PS. Pourquoi pas FN ? «Parce que je suis ouvrier.»

A la surprise générale, la Lorraine a basculé à gauche, dimanche dernier. Les scores du FN s'y sont tassés. Aux cantonales, les élus de droite, indéboulonnables, ont morflé. Alain Verdenale, maire d'Einville, a perdu son siège au conseil général de Meurthe-et-Moselle. «Le Français dit OK pour le changement, mais il ne faut pas que ça change. On ne rembourse plus son médicament préféré, alors il vote à gauche.»

Les ouvriers de Trailers, au bord du gouffre, n'ont pas cassé l'usine. Humbles et raisonnables, ils parlent encore avec soumission à la direction placée là pour sacrifier le site de Lunéville. Ils se sont raccrochés à la gauche. «J'ai voté, parce que c'est le dernier endroit où on a le droit de participer. C'est la dernière chose qui nous reste, malgré le dégoût», lâche Dominique Bach, 46 ans, dont vingt-neuf passées à General Trailers. Il «a eu voté» Front national, sur un coup de tête. Cette fois, il a choisi la gauche. Et, avec des copains d'atelier, cégétistes militants, il a convaincu trois collègues d'aller voter. L'un a dit : «La droite, la gauche, quand on va être licencié, ça n'a plus de sens.» Il ajoute : «Je ne suis ni riche ni pauvre, je suis passé au travers des baisses d'impôts. Mais quand je serai chômeur, la diminution de la durée d'indemnisation, je n'y couperai pas...»

«Merdeux». En 2002, avec les 35 heures, l'usine avait embauché 70 jeunes. Pourtant, «on était au bord de la crise de nerfs avec les incivilités de petits merdeux. Et il y avait des gars qui avaient des mots durs pour les assistés», reconnaît un agent de maîtrise. Aujourd'hui, «on voit les choses autrement. J'avais voté blanc à la présidentielle. Je n'ai plus de rage. On a un outil de travail performant, on est rentable, et ça va sans doute fermer. C'est grave...» Comme le remarque la patronne d'un bistrot voisin, «ces derniers temps, l'ambiance n'était plus aux fiers-à-bras qui gueulent contre l'euro ou les immigrés». Elle espérait beaucoup de Nicolas Sarkozy : «Il est allé trop loin. On ne se sent plus libre.» Elle a entendu les salariés râler contre la suppression d'un jour férié : «Les gens biens, ils s'occupent de leurs vieux. Pourquoi ils payeraient pour ceux qui ne s'occupent pas de leur vieux ?»

L'aile droite du château de Lunéville a brûlé le 2 janvier 2003. Pour la première fois, le dépouillement des élections s'est déroulé dans le préau d'une école. Sans ambiance. A 20 heures, c'était plié. Les Lunévillois qui avaient poussé le conseil régional à gauche sont restés chez eux. Sagement, comme ils avaient voté. «L'espoir, quand il est si fragile, faut pas le bousculer», philosophe Gérard, ouvrier chez Trailers. «Ligue communiste révolutionnaire d'esprit et de coeur», il a voté pour Jean-Pierre Masseret, le nouveau président (PS) de Lorraine. Et il se dit futur licencié. «A moins que le nouveau conseil régional et la CGT nous tirent de là...»

(1) Le tribunal de commerce d'Evry doit bientôt rendre sa décision sur le sort du groupe qui compte 4 500 salariés en France.

Libération, samedi 3 avril, «Le vote, c'est tout ce qui nous reste»

Posted by at 04:10 PM | Comments (63)

April 03, 2004

Welcome to the Future

This is the way it starts. Everytime you travel they take your picture and fingerprints. These go into a database. This is harmless until some country your visiting gets an attack of xenophobia. They then round up all the foreigners. What can any individual do against this type of nationalism? Doesn't anyone remember what the Nazis did? They started out by labeling everyone they didn't like.
Millions More Travelers to U.S. to Face Fingerprints and Photos

Millions More Travelers to U.S. to Face Fingerprints and Photos
By RACHEL L. SWARNS

Published: April 3, 2004

Posted by gh at 10:02 AM | Comments (154)

April 02, 2004

Nouvelle plainte de la mairie de Paris pour des malversations présumées sous M. Chirac

LEMONDE.FR | 01.04.04 | 18h30
Cette action en justice intervient alors que le juge Philippe Courroye, en charge de
l'enquête sur les "frais de bouche" du couple Chirac a rendu, le 15 mars, un non-lieu.

La mairie de Paris a récemment déposé une nouvelle plainte concernant des
malversations présumées à l'hôtel de ville de Paris ces vingt dernières années,
a-t-on appris jeudi 1er avril, de source judiciaire. Cette plainte avec constitution de
partie civile pour abus de biens sociaux et travail dissimulé se fonde sur un rapport
de l'inspection générale de la ville dénonçant l'entretien de jardins privés d'élus par
des jardiniers municipaux.

French affairs: Nouvelle plainte de la mairie de Paris pour des malversations présumées sous M. Chirac

LEMONDE.FR | 01.04.04 | 18h30
Cette action en justice intervient alors que le juge Philippe Courroye, en charge
de l'enquête sur les "frais de bouche" du couple Chirac a rendu, le 15 mars, un
non-lieu.

La mairie de Paris a récemment déposé une nouvelle plainte concernant des
malversations présumées à l'hôtel de ville de Paris ces vingt dernières années,
a-t-on appris jeudi 1er avril, de source judiciaire. Cette plainte avec constitution
de partie civile pour abus de biens sociaux et travail dissimulé se fonde sur un
rapport de l'inspection générale de la ville dénonçant l'entretien de jardins privés
d'élus par des jardiniers municipaux.

Révélée mercredi par Le Canard Enchaîné, cette plainte avec constitution de
partie civile notamment pour "abus de confiance" et "travail dissimulé" a été
déposée le 17 mars au Tribunal de grande instance de Paris. Elle est fondée sur
le témoignage d'un jardinier, qui a donné lieu à un rapport de l'Inspection
générale de la ville finalisé en décembre 2003. Le rapport, qui date de décembre
2003, affirme que ces pratiques ont duré pendant une vingtaine d'années à
partir de 1983.

La ville estime que le préjudice subi à la suite de ces activités et de la
soustraction de plantes dans les serres municipales se monte à 700 000 euros.
Les plaintes avec constitution de partie civile entraînent presque
automatiquement l'ouverture d'une information judiciaire.

"Nous n'avions pas souhaité communiquer sur cette plainte car une enquête
interne est toujours en cours. Il s'agit notamment de mieux identifier les
bénéficiaires de ces pratiques", a déclaré Yves Contassot, adjoint au maire de
Paris.

DÉTOURNEMENTS DE FONDS ?

Cette nouvelle action en justice intervient alors que le juge Philippe Courroye, en
charge de l'enquête sur les "frais de bouche" du couple Chirac entre 1987 et
2000 à l'hôtel de ville a rendu, le 15 mars, un non-lieu. Le juge a suivi la position
du parquet de Paris, pour qui le fonctionnement de la questure de l'hôtel de ville
(1987-2000), chargée notamment des dépenses d'alimentation et des
réceptions, ne pouvait plus faire l'objet de poursuites pénales, les faits visés
étant prescrits. La mairie de Paris, qui avait également déclenché l'ouverture
d'une enquête sur cette affaire, a annoncé qu'elle ferait appel de la décision.

Dans un communiqué, Bertrand Delanoë estimait qu'il appartenait à la cour
d'appel "d'apprécier en toute sérénité la position du juge" dans l'intérêt "de tous
les contribuables parisiens (...). Il est désormais souhaitable que la lumière
puisse être faite sur les conditions dans lesquelles ces détournements
apparaissent ou non dans la comptabilité publique de la Ville et dans quelle
mesure ils sont prescrits", précisait le communiqué.

Le système aurait profité à des personnalités proches de l'ex-RPR à l'époque de
Jacques Chirac - qui a été maire de Paris de 1977 à 1995 - et de Jean Tiberi.
Le système n'aurait pris fin qu'en 2002, un an après l'élection de Bertrand
Delanoë, selon Le Canard Enchaîné.

Sur un autre volet du dossier - l'émission de fausses factures entre 1994 et 1995
- le juge Courroye avait considéré, comme le parquet, que seuls les faux en
écriture publique pouvaient faire l'objet de poursuites. La prescription pour cette
qualification est de dix ans, mais le juge a estimé que l'auteur présumé des
fausses factures, un cuisinier, n'avait pas la qualité de "dépositaire de l'autorité
publique".

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-359627,0.html

Posted by at 03:11 PM | Comments (77)

Private Armies for Corporations

The tag Line for the 1974 movies Rollerball reads, " IN THE FUTURE THERE ARE NO GOVERNMENTS INSTEAD THERE'S ROLLERBALL. When corporations have their own armies they are operating like nations. Welcome to Corporate Feudalism brought to you by the Muti-Nationals
Security: Private U.S. Guards Take Big Risks for Right Price

Private U.S. Guards Take Big Risks for Right Price
By JAMES DAO

Published: April 2, 2004

OYOCK, N.C., April 1 — Nestled inconspicuously amid the pinelands and horse farms of northeastern North Carolina lies a small but increasingly important part of the nation's campaign to stabilize Iraq.

Here, at the 6,000-acre training ground of Blackwater U.S.A., scores of former military commandos, police officers and civilians are prepared each month to join the lucrative but often deadly work of providing security for corporations and governments in the toughest corners of the globe.

Posted by gh at 10:09 AM | Comments (47)

Trying to Support Their Lies By Witholding the Truth

I hope that when I read this message a year from now that Bush will be out of the White House. Bush is a petty tyrant trying to use legalisms to avoid the truth.
The New York Times on the Web
Bush Aides Block Clinton's Papers From 9/11 Panel
By PHILIP SHENON and DAVID E. SANGER
The commission said that it was pressing the White House to explain why it had blocked the documents.

Posted by gh at 09:48 AM | Comments (162)

April 01, 2004

Beware the Military Industrial Complex

My father worked in computers and communications. He was supported by defense contracts his whole life. The missile defense shield was one of the contracts he worked on. This is a way that the US government can give money to big corporation without having to justify what they are doing. It's totally payola. After 9/11 they simply changed their tune, but their buddies still profit. Its still defense contracts, muunition manufacturers and so on.


Top Focus Before 9/11 Wasn't on Terrorism (washingtonpost.com)

Top Focus Before 9/11 Wasn't on Terrorism
Rice Speech Cited Missile Defense

By Robin Wright
Washington Post Staff Writer
Thursday, April 1, 2004; Page A01

Posted by gh at 09:37 AM | Comments (82)

Every Little Bit Helps

Renewed drive to get the homeless to vote | csmonitor.com

Renewed drive to get the homeless to vote

Homeless shelters are setting up voter registries.

By Kimberly Chase | Contributor to The Christian Science Monitor

Posted by gh at 09:29 AM | Comments (156)

Leader in Human Rights

This is how we respond to our allies and neighbors? God help us if we have another four years of shithead Bush. What's the matter with this country that we cant see how the rest of the world disdains us.

Court Tells U.S. to Review Death Sentences

Court Tells U.S. to Review Death Sentences
By MARLISE SIMONS and TIM WEINER

Published: April 1, 2004

HE HAGUE, March 31 — The International Court of Justice on Wednesday ordered American courts to review death sentences imposed on 51 Mexicans in the United States, saying their rights under international law had been violated.

Posted by gh at 09:08 AM | Comments (60)